Non seulement Martín nous héberge, mais il nous accompagne aussi dans la découverte de sa ville. Qu’il P7040004connaît parfaitement. Il commente les édifices, nous conte les histoires de son pays et même quelques anecdotes.P7040007

La visite du très joli musé de style colonial, El Calbido, nous apprendra un peu plus sur la prise d’indépendance de l’Argentine, et nous aurons la bonne surprise d’assister à un théâtre de rue, satire du gouvernement de l’époque coloniale. Nous restons sur la Plaza de Mayo pour visiter le Mausolée du célébrissime Général San P7040006Martín, héros de la libération du pays.

Après être passée maintes fois devant, je pénètre enfin dans la Casa Rosada, dont la couleur rose est le résultat d’un judicieux consensus politique. En 1868, deux partis s’affrontent : les Fédéralistes, en rouge, et les Unitaristes, en bleu. Le président de l’époque décida donc de peindre les bureauxP7040009 officiels dans ces deux couleurs, le mélange donnant étonnamment ce joli rose saumoné.

P7040016L’intérieur du bâtiment est doté d’un très joli patio cerclé de palmiers. La visite nous permets de découvrir les bureaux de l’actuelle (et controversée) présidente Christina Fernández de Kirchner.

Nous quittons ensuite le micro-centre pour nous diriger vers le Congreso nacionalP7040027 (où siègent aujourd’hui le Sénat et la Chambre des Députés), imposant édifice à l’immense dôme en bronze.

P7040029Nous parcourons quelques cuadras pour nous rendre près du théâtre Colón. Ce bâtiment à l’architecture sublime compte parmi les plus grands opéras du monde. Nous ne pourrons malheureusement pas visiter l’intérieur mais ce n’est que partie remise.

Traversée de la rue Florida, si animée, pour retourner à la voiture. Premier dîner bien agréable chez Martín, sur le balcon, avec vue sur un joli petit lac peuplé par les canards. Et oui, nous sommes en hiver mais le temps est incroyablement clément pour la saison.